Avec le système électoral québécois et canadien, tout vote n’est pas égal. En effet, un résident des Îles-de-la-Madeleine a 6,7 fois plus d’impact qu’un habitant de la circonscription de Saint-Laurent (source). Dans un système qui se dit démocratique, c’est inacceptable.

De plus, si vous voulez voter pour un parti peu populaire, votre vote est effectivement inutile à l’exception de la modeste somme de 2,50$ qui sera remise au parti. En 2012, plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont pris la peine de se déplacer pour voter ont “gaspillé” leur vote (source).

De plus, ça permet des absurdités telles qu’un gouvernement majoritaire avec moins de 40% des votes ou même un gouvernement ayant une moins grande proportion du vote populaire que l’opposition.

Quoi faire?

La solution est simple: changer le système électoral pour un système qui permet à chaque électeur d’avoir un impact égal sur le résultat final. Il existe plusieurs systèmes qui remplissent ce critère, il faudrait simplement prendre le temps de les étudier et de faire un référendum pour laisser le peuple choisir le mode de scrutin qui lui convient.

Il y a un problème avec cette solution, ce changement doit provenir de l’Assemblée nationale. Et l’Assemblée nationale n’a aucun intérêt à faire changer ce système qui avantage les 2 principaux partis et rend l’émergence de nouveaux partis beaucoup plus difficile qu’il ne le devrait.

[…] au Québec, les modalités de vote sont effectivement encadrées par la Loi électorale. Toute modification à cette loi doit être effectuée par les députés qui siègent à l’Assemblée nationale

Tant au fédéral qu’au provincial, 2 partis se partagent le pouvoir depuis très longtemps. Au Québec, depuis 1970 le gouvernement alterne entre Libéraux et Parti Québécois. De 1936 à 1970 c’était entre les Libéraux et l’Union Nationale, un parti fusionné avec l’ancien parti Conservateur qui partageait le pouvoir avec les Libéraux depuis 1867 (source).

La situation est encore pire au fédéral où le gouvernement alterne entre Libéraux et Conservateurs depuis toujours (il y a eu 2 principaux partis conservateurs, les Conservateurs et les Progressistes-Conservateurs).

En attendant, voici quelques options qui s’offrent à vous.

Le vote stratégique

Le bon vieu vote stratégique. Les partis populaires l’adorent.

Votez pour moi, je vais être moins pire que l’autre et j’ai des chances d’être élu!

Le vote stratégique m’enrage, c’est un affront à la démocratie. Je comprends ce qui peut pousser un individu à vouloir voter stratégiquement, mais le fait que ça soit une stratégie encouragée par la classe politique montre qu’il y a un problème.

De plus, ça ne fonctionne tout simplement pas:

[…] plusieurs analyses statistiques ont prouvé que les chances qu’un vote ait une incidence quelconque sur le résultat sont absolument minimes.

Annuler son vote

Vous pouvez aussi annuler votre vote. Le problème est que personne ne se soucit de ces votes. Ils sont même comptabilisés comme étant des ballots rejetés et il n’y a aucune façon de savoir combien de ces ballots ont été volontairement annulés.

Dans la même veine, vous pouvez vous abstenir complètement de voter. Au moins on en parle de ce chiffre. Sauf que dans ce cas, vous tombez dans le même groupe que les voteurs inintéressés ou trop paresseux pour prendre le temps de s’informer à propos des enjeux politique (comment peut-on les blâmer à entendre les politiciens débattrent).

Aucune de ces réponses

Quoi faire donc pour faire entendre notre voix?

Une troisième option est apparue aux dernières élections sous forme d’un parti. Il s’agit du Parti Nul et il offre une option intéressante dans les circonscriptions où ils présentent un candidat. Au moins, avec cette option, votre vote est comptabilisé comme étant un vote contre le système actuel. 2 743 personnes ont opté pour cette option en 2012.

C’est selon moi la meilleure option pour faire connaître votre mécontentement face au système actuel.

J’espère qu’un jour, autant au fédéral qu’au provincial, on pourra avoir une vraie démocratie où tout le monde pourra faire valoir son choix.

Lecture additionnelle